facebook

La Ville Des Cayes

News

 Breaking News

Ticket-LeNouvelliste, le ticket gagnant de la première Régate de l’Ile-à-Vaches

septembre 02
03:10 2009

Samedi 29 août 2009, l’Ile-à-Vaches s’est réveillée de bon pied pour assister à un événement inédit dans la vie de cette commune historique du département du Sud, la première Régate. Organisée par le Conseil général pour le développement de l’Ile-à-Vache (COGEDI) de concert avec l’Hôtel Port-Morgan, cette course a mis en compétion vingt voiliers subventionnés et décorés par des entreprises privées du Sud et de la capitale haïtienne dont l’Entreprise funéraire du Sacré-Coeur, Messager du Sud, Pepe Oil Vetiver Dépot, Tortug’Air, HayTrac, Laboratoires 4C, GDG Béton, Matelec, PROFASA, Jialing, Voilà, Capital Bank, Henri Deschamp, SOL, Ticket-Le Nouvelliste, Port-Morgan , etc.

Tôt dans la matinée, tous les concurrents mouillaient dans la rade de Port Morgan qui s’ouvre comme un amphithéatre naturel, rempli pour l’ occasion de centaines de spectateurs agglutinés ça et là sur le rivage et sur la colline surplombant la baie. En attendant le signal du départ, les voiliers montés par leur équipage respectif (3 ou 4 marins chacun) se sont essayés tour à tour dans un exercice de mise en train chaudement acclamé par les spectateurs connaisseurs.

Entre temps, une musique lancinante donnait des ailes à des Ile-à-Vachois de tous âge et sexes confondus qui se donnaient à coeur joie dans des déhanchements et exhultations jouissifs au cours de cette manifestation qui vise à faire la promotion des ressources inexploitées de l’île, notamment le tourisme.

Le président du COGEDI, Jean Nestor Destine et le député Jean David Génesté avaient la mission de lancer la première édition de la Régate en lieu et place du maire de la commune en voyage. Ils ont félicité les sponsors qui ont répondu positivement à l’appel des organisateurs de la régate qu’ils présentent comme une initiative citoyenne.

Avec ses 55 kms carrés de superficie, Ile-à-Vache est un espace essentiellement touristique. Très hospitalière, elle compte entre 20 000 et 22 000 mille habitants, informe le député soulignant qu’une prise en charge réelle de la commune surtout sur le plan environnemental doit obligatoirement tenir compte du processus d’interaction entre la flore et la faune.

La mairie de l’Ile-à-Vaches entend concilier ces deux éléments dans un souci de protéger ce paysage propice au développement de l’écotourisme, poursuit le député Jean David Génesté qui voit dans la réalisation de la première régate un appel aux investisseurs. Malheureusement, aucun représentant des ministères de l’Environnement, du Tourisme ou des Collectivités territoriales n’a été remarqué à cet événement, se plaint l’élu. Ce dernier en a profité pour complimenter le PDG de l’Hôtel Port Morgan qui par sa contribution tend à propulser l’Ile-à-Vache dans le peloton de tête des sites touristiques d’Haïti et même de la Caraïbe.

Au coup d’envoi de la régate vers 10 h am, une flotte de voiliers frappés aux couleurs et logos des différentes entreprises représentées, prennent le départ. La distance à parcourir était d’environ douze miles nautiques. Les trajectoires différentes prises par les concurrents au départ n’avaient pas permis de déterminer l’équipage ayant pris la tête du convoi. Cependant, la première bouée de contrôle franchie, la situation devenait un peu plus clair et on pouvait alors remarquer le bateau de Ticket-Le Nouvelliste, piloté par le capitaine Joseph Romane Viedasque, accompagné par Iletné, Manel et Rosenet prendre une certaine avance sur leurs poursuivants.

Au fur et mesure que la course prenait de l’ampleur, les principaux meneurs se précisaient A un moment donné de la course, la performance du voilier de Tortug’Air commençait à donner des sueurs froides à ses concurrents immédiats, dont Ticket. De la 5e place au départ, il a surplanté 3 de ses devanciers pour venir se placer derrière Ticket.

Malheureusement, dans son élan, un vent trop favorable a cassé le mat du voilier, réduisant à néant les espoirs de cette entreprise de monter sur le podium des gagnants de cette compétition menée tambour battant par Ticket et qui a permis aux visiteurs d’admirer les prouesses et la technique des marins amateurs surtout au moment des virages.

Midi 47 minutes, le voilier de Ticket passa la dernièredes 4 bouées placées sur le trajet en 5 étapes de cette course partie de la localité de Ka Kòk, pour se diriger vers Raquette, en passant par Soulette, Pierre Le Nantais, Madam Bernard avant de revenir à Ka Kòk.

Henri Deschamps a pris la 2e place suivi par la compagnie SOL (3e), Jialing (4e), MATELEC (5e), Entrepise Sacré-Coeur (6e), Tortug’Air (7e), Port Morgan (8e), Founds Web (9e), Capital Bank (10e), etc.

Les impressions

La réussite de la première édition de la régate est un bon point pour les organisateurs de cette manifestation. Le président de COGEDI affirme que c’est une fierté pour le comité organisateur d’avoir réalisé un tel événement. Il a salué la compréhension dont a fait montre la population de l’Ile-à-Vaches pendant cette course et a invité de nouvelles entreprises à prendre part à la plus prochaine régate qui doit se tenir en novembre prochain.

« Cette régate est le résultat du travail d’un petit groupe qui a mis en commun ses ressources et son savoir-faire pour réaliser cette merveille » a fait remarquer Jean Nestor Destiné invitant les groupements politiques à s’organiser s’ils veulent réaliser de grandes choses.

Frantz Duval, le directeur de Ticket se félicite de la participation du magazine à la course. « En avril dernier, c’est avec plaisir que nous avons vu la régate Transcaraïbes s’arrêter à l’Ile à Vache et notre oui a été automatique quand Didier Boulard de l’hôtel Port Morgan nous a invités à participer à la version locale de cette compétition. »

« Cette compétition que nous avons suivi de près sur un voilier pays nous a permis d’apprécier la dextérité des marins, vivre les passions que la course soulève et découvrir le respect que tout Ile à Vache a pour ses marins et ses pêcheurs. La régate, que les organisateurs vont, je l’espère, maintenir et entretenir, peut devenir un rendez-vous incontournable dans la région. Ticket et Le Nouvelliste ont, aujourd’hui, le plaisir de repartir avec le titre de champion, nous allons revenir pour le défendre en novembre prochain et nous faisons le souhait que le nombre de spectateurs augmente et qu’ils viennent de tous les horizons. »

Pour Jude Marie Banatte de la Tortug’Air, c’est une très bonne initiative largement supportée par le secteur privé des affaires. Cela va créer une nouvelle dynamique autour de l’Ile-à-Vaches avec comme retombées d’espérer plus de touristes dans la région et également des retombées positives pour le secteur des affaires qui a supporté l’événement.
M. Banatte ne veut s’apitoyer sur l’incident malheureux qui est arrivé à l’un des voiliers aux couleurs de sa compagnie qui a eu son mât cassé à un moment décisif de la course. « C’est un incident de parcours que nous prenons sous un angle positif. Car l’idée qui nous a guidé en participant à cette compétition c’était de créer l’attraction, au niveau de la communauté. On serait tout aussi heureux quelle que soit la place qu’on aurait occupée dans la course » affirme le Docteur Banatte qui espère qu’un jour cette compétition deviendra une activité rentable pour tout le monde.

Le patron de GDG Béton, l’ing Mickaël Gay, pense que la régate s’est bien déroulée côté organisation. L’esprit sportif s’est bien manifesté. Dans toute course, il y a des gagnants et des perdants. Mais ici tous les participants, qu’il s’agisse des amateurs de voiliers ou des sponsors, sont des gagnants. Nous sommes fiers d’y avoir participé.

Selon M. Gay, le pays a besoin d’activités positives pour se recréer. En regardant les habitants de l’Ile-à-Vaches pendant la course, on a pu déceler une lueur d’excitation dans leurs yeux devant la chaleur de l’événement. Cette manifestation est un point positif pour le pays quand on connait le volume d’informations négatives qui circulent sur Haïti tant ici qu’à l’étranger, ajoute le propriétaire de GDG Béton qui annonce sa participation à la plus prochaine régate.

Pour Reynold Bonnefil de la HayTrac, cette régate est une première qui doit se reproduire vu l’effet d’enthousiasme que cela a créé parmi les habitants de la zone et aussi parmi les touristes présents ici. Pour lui, la réalisation réussie de cette activité peut constituer un modèle pour tous les gens de la zone quand il s’agira de se mettre ensemble, de s’organiser pour réaliser autre chose au niveau de l’agriculture, du développement, du tourisme, etc. « Félicitations à ceux qui ont pris part à l’initiative».

Didier Boulard, PDG de l’Hotel Port Morgan s’est montré très satisfait de la régate. Que ça continue et se renouvelle. Ce sont des événements comme ça dont on a besoin pour pouvoir animer toute la zone. En terme de retombées positives de cette compétion, en plus d’une certaine animation pour les habitants, M. Boulard a parlé de l’expérience accumulée par les membres du COGEDI en mettant sur pied et en réalisant un tel projet. Il a parlé aussi de la possibilité pour que cela attire des touristes locaux. Et qui sait, peut-être qu’un beau jour cela peut faire venir également des touristes étrangers ».

« La prochaine édition est prévue pour fin novembre et nous attendons beaucoup de sponsors », souhaite Didier Boulard qui prépare ardemment l’arrivée de la croisière Transcaraïbe.

Pierre Antoine Légendre, responsable de l’Entreprise du Sacré-Coeur des Cayes loue l’initiative du COGEDI qu’il trouve très importante pour le développement de cette communauté. C’est sa première visite à Port Morgan et il a été émerveillé par tout ce qu’il a vu ce jour-là sur le site de la régate. M. Légendre dit espérer une participation plus grandiose du public, plus d’encouragement de la part du secteur des affaires et plus de voiliers à la prochaine édition qui se tiendra en novembre prochain.

Deux touristes d’origines haïtiennes, Eden et Pierre Richard, de passage à l’Ile-à-Vaches pour deux semaines, estiment que la régate est une bonne chose vu que c’est un bon moyen d’inviter des touristes à venir dans la zone et aussi parce qu’elle donne l’opportunité aux résidents de voir autre chose. Ils souhaitent la réalisation d’autres activités culturelles pour le plaisir des visiteurs et des locaux.

Ils recomandent aux responsables de faire en sorte de protéger l’environnement au niveau de la baie et de veiller à ce que des déchets plastiques n’envahissent pas la plage, comme c’est le cas pour beaucoup d’autres plages en Haïti.

Cyprien L. Gary

Facebook Comments

About Author

Les Cayes

Les Cayes

Related Articles