facebook
Something went wrong with the connection!

La Ville Des Cayes

News

 Breaking News

Le Sud donne le ton pour une économie verte

Le Sud donne le ton pour une économie verte
juillet 14
07:01 2016

« Je formule le vœu de voir le département du Sud se mettre à l’avant-garde de la révolution verte que nous appelons de toutes nos forces pour Haïti. Ce n’est que par cette voie que nous parviendrons à construire un pays sûr du point de vue environnemental, durablement stable et économiquement prospère pour les générations actuelles et futures », a déclaré le ministre Simon Dieuseul Desras. « Haïti doit incontestablement faire face à un grand nombre de défis environnementaux, liés au changement climatique qui impactent sur les conditions de vie de la population. Le gouvernement d’Haïti a pris la mesure de ces défis et reconnaît les opportunités susceptibles d’être générées par une économie verte », a dit pour sa part Leo Heileman, directeur de la région Amérique latine et Caraïbe du PNUE, ajoutant que « ce rapport donne l’opportunité pour la promotion de la croissance verte dans le Sud ».

Selon la note, l’étude consiste en une analyse stratégique du secteur agricole dans le département du sud pour le développement de cinq filières conformément au Plan national d’investissement agricole (PNIA). Elles ont été sélectionnées selon des critères environnementaux, économiques et sociaux afin d’évaluer plus profondément leur potentiel à contribuer au développement d’une économie verte dans le Sud d’Haïti. Les principales filières identifiées sont le miel, le cacao, la noix de cajou, le ricin et la mangue. Rappelons toutefois que ces produits, à côté d’autres, ont été déjà identifiés par le gouvernement haïtien comme produits typiques, dans un document intitulé « Les produits typiques d’Haïti ». Le développement de celles-ci dans les zones tampons du parc Macaya et des premières aires côtières et marines protégées du pays, déclarées en août 2013, permettra de réduire les pressions sur la biodiversité et favorisera le développement de paysages productifs et durables. C’est, d’ailleurs, dans cette même région du pays que fut déclarée, au début de l’année, une réserve mondiale de biosphère établissant clairement la nécessité d’allier conservation de la biodiversité et activités économiques durables, si l’on en croit la note de presse.

« Les résultats de cette étude sont clairs et montrent l’existence d’un vrai potentiel pour le développement de ces filières pour le département. Quand nous parlons de potentiel, nous nous référons bien sûr à la capacité qu’ont ces filières, si elles sont judicieusement développées et exploitées, de générer des revenus importants pour les ménages », a déclaré Pierre Karly Jean-Jeune, représentant du ministre de l’Agriculture. Cette étude, se réjouit le PNUE, est la première de ce genre produite en Haïti. Selon les informations fournies, elle a été financée par l’Union européenne et avec l’appui de la Norvège comme partie d’une initiative régionale qui comprend la Jamaïque et Sainte Lucie.

La présence du ministre de l’Environnement et du représentant du ministre de l’Agriculture, de l’Agence nationale des aires protégées et de la direction du changement climatique du MDE, de représentants d’organisations de la société civile, du secteur privé et d’autres acteurs clés ayant une expertise dans le développement des filières vertes confirme l’importance de la question pour le futur d’Haïti et la compréhension des acteurs qu’il faut une approche intégrée pour une mise en œuvre réussie des recommandations du rapport, a-t-on lu dans la note.

En marge de l’atelier de lancement de ce rapport, les membres du gouvernement haïtien, le directeur régional du PNUE et une délégation composée d’acteurs intervenant dans le secteur visiteront des activités de terrain témoignant des efforts déjà en cours pour donner à l’environnement son rôle vital dans l’économie, le tourisme et le bien-être des Haïtiens. Les premières plantations de cacao, l’aménagement de la grotte Marie Jeanne avec son centre d’accueil éducatif, le plan de restauration pour la plage de Port Salut, les pépinières d’espèces côtières de protection contre les catastrophes, les aires marines protégées autour de l’Ile-à-Vache ont été dans l’agenda de ces visites selon la note.

« Le développement d’une économie verte sera bénéfique à Haïti. Il favorisera la création des emplois directs et indirects notamment pour les femmes et les jeunes qui constitueront un groupe émergeant dans le secteur. Les actions mises en place permettront de préserver et de valoriser la biodiversité et les écosystèmes, de limiter les risques d’érosion des sols tout en offrant aux acteurs des perspectives et des alternatives économiques viables et durables », lit-on dans le rapport.

Énomy GERMAIN Le National

Facebook Comments
Le Sud donne le ton pour une économie verte - overview

Summary: Le gouvernement haïtien, en partenariat avec le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), a lancé le rapport d’« Étude sur les filières agricoles et le verdissement de l’économie dans le département du Sud ». Le lancement de ce rapport, selon une note de presse de PNUE, a été réalisé conjointement par le ministre de l’Environnement, Simon Dieuseul Desras, le représentant du ministre de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural, Pierre Karly Jean-Jeune, et le directeur régional du PNUE basé au Panama, Leo Heileman.

Tags
Share

About Author

Les Cayes

Les Cayes

Related Articles