facebook

La Ville Des Cayes

News

 Breaking News

Electricité prépayée à la carte : pari gagné pour trois communes dans le Sud

Electricité  prépayée à la carte : pari gagné pour trois communes dans le Sud
août 13
11:08 2016

Bonsoir ! Il me faut 500 gourdes d’électricité… Comme une carte de recharge téléphonique, les habitants des communes de Roche- à-Bateau, des Côteaux et de Port-à-Piment dans le département du Sud achètent et consomment le courant électrique. Grâce à un système révolutionnaire pour la zone, la Coopérative électrique de l’arrondissement des Côteaux (CEAC) alimente 900 foyers et la demande est en hausse. Visite des lieux.

Production, commercialisation, distribution et facturation… la Coopérative électrique de l’arrondissement des Côteaux (CEAC), installée sur la côte sud depuis le 9 février 2013, dessert les populations de trois communes. Avec un système hybride composé de 560 panneaux solaires et des moteurs à diesel, la CEAC produit dans ses trois centrales 1,5 mégawatt de courant électrique. Assez pour alimenter 24 heures sur 24 les communes de Roche- à-Bateau, des Côteaux et de Port-à-Piment, selon les explications de Rithot Thilus, le directeur général de la compagnie. Mais pour le moment, ces zones limitrophes bénéficient de 13 à 15 heures de courant par jour.

« Nous avons la capacité d’alimenter également Port-Salut. Nous avons une surproduction d’électricité », a-t-il dit au journal, interviewé sur le site de la compagnie dans la commune des Côteaux.

Le client de la CEAC dispose chez lui d’un compteur sous la forme d’une calculatrice. En achetant par exemple pour 500 gourdes d’électricité dans l’un des points de vente de la compagnie, on vous donne un reçu avec 20 chiffres à entrer dans le compteur. Exactement comme pour les cartes téléphoniques. Le consommateur utilise ses kilowatts comme il l’entend (fer à repasser, téléviseur, ventilateur, réfrigérateur, ampoule électrique…). Une fois le crédit épuisé, vous avez une coupure d’électricité automatiquement. Dépendamment des équipements utilisés, 500 gourdes d’électricité peuvent durer un mois, une semaine ou quelques heures.

Cependant, quelques jours avant l’épuisement du crédit, une alarme se déclenche dans le compteur pour vous avertir. Il y a des frais de base mensuels qui s’élèvent à 70 gourdes pour maisons résidentielles et 113 gourdes pour hôtels et autres entreprises qui consomment un courant de 240 volts, a indiqué au journal le directeur général de la CEAC.

« L’électricité que nous produisons à la CEAC est fiable et stable. Personne ne s’est jamais plaint de notre capacité », s’est félicité Rithot Thilus.

Il n’y a aucun moyen de frauder sur le réseau de la CEAC, selon le responsable de la compagnie. Vous ne pouvez ne pas payer. Pour avoir de l’électricité chez vous, il faut payer d’abord et consommer après. « On ne connaît pas le phénomène de ‘’priz’’ ici », a indiqué au journal un abonné. « Si w bay yon moun pran priz sou ou se ou k ap peye l… », a-t-il dit.

La distribution et les installations de la CEAC sont comme celles de l’ED’H : lignes, poteaux, entre autres. Mais la comparaison s’arrête-là. Aucun rapport officiel entre les deux compagnies, a souligné M. Thilus.

La CEAC compte actuellement dans les trois communes 1 300 membres, parmi eux 900 sont connectés, achètent et consomment le courant électrique de la compagnie. Chaque client a droit au départ à trois ampoules LED qui consomment très peu d’énergie.

La plus grande difficulté de la CEAC, c’est le nombre de clients. « Nous n’avons pas encore assez de clients nous permettant de répondre à nos dépenses », a regretté M. Thilus. Les dépenses de la CEAC sont supérieures à ses rentrées faute d’abonnés. La compagnie continue de fonctionner grâce au support de quatre bailleurs de fonds : la Norvège, le Programme des Nations unies pour l’environnement, la BID et le NRECA.

Cependant, avec 2 300 clients, la CEAC sera autosuffisante et n’aura plus besoin de support pour fonctionner. Un chiffre que comptent atteindre les responsables de la compagnie en 2020. En attendant, l’entreprise doit fonctionner avec ses 900 abonnés.

Robenson Geffrard Source Le Nouvelliste

Facebook Comments

Related Articles