facebook

La Ville Des Cayes

News

 Breaking News

La biodiversité en danger après Matthew

La biodiversité en danger après Matthew
octobre 19
08:02 2016

Le monstre Matthew semble avoir juré de tout emporter. La biodiversité n’a pas été épargnée. De nombreuses espèces endémiques, dont certaines étaient déjà sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), sont gravement affectées. De sérieux dégâts sont à déplorer au parc Macaya, l’une des deux réserves de biosphère du pays. En outre, l’ouragan laisse à genoux le Jardin botanique des Cayes, l’unique que compte Haïti.

Des troncs d’arbres restant debout, d’autres jonchant le sol, de nombreuses branches qui commencent à sécher, ce sont les images poignantes qui retiennent l’attention au parc national Macaya situé dans le massif de la Hotte, au sud-ouest du pays. Cet espace, considéré comme un sanctuaire de la biodiversité, regorge de plantes et d’oiseaux endémiques. Les troncs desséchés seront sans doute récupérés par les riverains pour la fabrication du charbon. D’autres seront probablement exploités par des familles abandonnées sans aide qui ne cherchent qu’à refaire le toit de leur maison emporté par les vents.

« J’ai pu voir un seul papillon », regrette l’ingénieur forestier, William Cinéa, surpris devant l’hécatombe dans le rang des oiseaux qui ornent et animent habituellement le parc. Il cite parmi les plus grandes victimes les colibris, les wanganègès et les kwèt kwèt, indiquant que les quelques oiseaux remarqués sont visiblement inconfortables. Selon son estimation, près de 80 % des arbres de la forêt primaire ont été détruits. Des plantes endémiques comme des variétés de mélastomatacées, smilacacées, gesnériacées, les orchidacées, les broméliacées et podocarpacées ont été sévèrement ravagées, ce qui fait craindre une invasion des plantes exotiques. M. Cinéa ajoute que la disparition d’un ensemble d’insectes qui favorisent la pollinisation nécessaire de certaines plantes est une menace très sérieuse.

Le visage que présente le parc fait redouter le pire, étant donné que les incendies sont assez fréquents dans cet espace. Les bois secs et les feuilles mortes pourraient faire propager plus rapidement le feu et provoquer un nouveau drame, avertit William Cinéa. « Nous suggérons la mise en place d’un comité d’urgence pour statuer sur la situation du parc », affirme-t-il, croyant nécessaire que soit menée une campagne de sensibilisation auprès des habitants vivant près du parc pour les porter à protéger ce qui reste. L’ingénieur forestier plaide également en faveur de l’envoi d’équipes de botanistes et d’écologistes pour aider au sauvetage des espèces en danger.

Le Jardin botanique situé à l’entrée de la ville des Cayes a, lui aussi, enregistré de grandes pertes. Des données de recherches sur les espèces végétales et ornithologiques d’Haïti ont été emportées suite à la destruction du bureau administratif, se plaint M. Cinéa, fondateur du jardin. Il fait savoir que le système d’irrigation a été détruit, déplorant également la perte des spécimens prélevés dans plusieurs régions du pays avec l’inondation des locaux administratifs.

L’’ingénieur forestier’ William Cinéa estime que la région du Grand Sud vient de connaitre un vaste désastre écologique. Il encourage les autorités à lancer le plan d’une nouvelle végétation qui priorise les espèces natives et les arbres fruitiers.

Selon le bilan du ministère de l’Environnement, l’ouragan Matthew a affecté plusieurs aires protégées tant marines que terrestres dans les départements du Sud et de la Grand’Anse. Une vingtaine de bassins versants sont affectés, de nombreuses sources d’eau sont polluées et les mangroves sont carrément détruites. « Un plan de reconstruction de l’écosystème est nécessaire », a déclaré le ministre Dieuseul Simon Desras au regard de cette situation.

Kendi Zidor

Facebook Comments

About Author

Kendi Zidor

Kendi Zidor

Related Articles