facebook

La Ville Des Cayes

News

 Breaking News

Table verte du grand Sud: aide humanitaire, environnement et relèvement à l’ordre du jour

avril 01
09:18 2017

Le débat sur la reconstruction du grand Sud, avec en Toile de fond une urgente nécessité d’aménagement du territoire, continuera de faire couler beaucoup de salive tant que les habitants de cette contrée ne seront pas encore au bout de leur peine. Environ six mois après le passage de l’ouragan dévastateur Matthew, le CIAT continue d’agiter les discussions sur le lourd héritage légué par cette catastrophe et les moyens de bien s’en sortir. Pour la deuxième fois en six mois, cet organisme gouvernemental met autour d’une même table les bailleurs de fonds, les ONG, les institutions étatiques, les autorités locales, etc.
Parce qu’il estime que l’heure est exceptionnelle et sinistre, Wilson Dena, le maire de Port-Salut, indique que la population du grand Sud attend beaucoup de ces échanges. « Qu’est ce qui a été fait? Qu’est-ce qui se fait actuellement ? Quelles sont les perspectives de moyen et long terme? Il s’agit des questions l’on pourrait peux poser et auxquelles on aimerait que la table verte apporte des réponses », a dit l’édile.
Le maire de Port-Salut, en droite ligne avec l’un des objectifs de ces 2 journées d’échanges, a plaidé pour une coordination des actions des organismes qui interviennent dans la région après l’ouragan. Ce dans la recherche d’une plus grande efficacité.
Pour sa part, Michèle Oriol, secrétaire exécutif du CIAT, a souligné l’importance de la rationalisation des ressources. « Les dégâts sont considérables. Ils impliquent tellement de gens dans un territoire tellement grand. Nous avons donc aujourd’hui le devoir d’être stratégique dans ce que nous voulons faire dans le relèvement post-Matthew. Et c’est à cette réflexion stratégique que nous invitons ce matin», a-t-elle dit à l’ouverture de la session.
Michèle Oriol indique que la table verte poursuit l’objectif d’aboutir à un certain nombre d’idées partagées, de résolutions, de grandes conclusions, de grandes orientations, etc.
Le ministre de l’Environnement, Pierre Simon Georges, qui a pris part lui aussi aux discussions, a évoqué une catastrophe environnementale causée par l’ouragan. Les images de paysage dévasté et les évaluations post-cycloniques l’attestent, argue-t-il. Pierre Simon Georges assure de la volonté du gouvernement à prendre à bras le corps cette situation. «Le ministère de l’Environnement a été instruit de faire en sorte que les dimensions environnementales soient bien prises en compte dans la recherche des solutions. Celles-ci doivent aussi figurer dans les différentes interventions visant à juguler les difficultés auxquelles sont confrontés nos départements », a-t-il dit.
Le maire de Dame-Marie, Gilbert Jean, a invité les acteurs à mettre l’emphase sur l’agriculture comme un des leviers du relèvement. L’heure n’est plus aux rassemblements pour identifier les problèmes et les classer, dit-il. «Ils sont tous déjà identifiés et abordés (…) Comment concevons-nous que dans un pays essentiellement agricole, réputé pour son café et son cacao hautement supérieurs, nos communes ne soient pas dotées de techniciens agricoles? », s’est il demandé. Il a invité le gouvernement à déployer dans la paysannerie des hommes et des femmes formés pour voler au secours des producteurs agricoles dans la relance de l’agriculture, le reboisement, la lutte contre l’érosion, etc.
Pour la première journée, les discussions ont porté sur le bilan et les perspectives de l’aide humanitaire d’urgence, le défi environnemental, l’aménagement du territoire et le financement du relèvement. Des représentants d’ONG, de bailleurs de fonds, d’institutions étatiques, des autorités locales ont, tour à tour, animé les panels de discussions.
Jean Daniel Senat source le nouvelliste

Facebook Comments

About Author

mgattereau

mgattereau

Related Articles