facebook

La Ville Des Cayes

News

 Breaking News

Relèvement du grand sud : La vision du relèvement

Relèvement du grand sud : La vision du relèvement
juillet 22
07:26 2017

« Une action qui ne découle pas d’une vision : c’est du temps perdu ».Nelson Mandela

Pour transmettre ses priorités en matière de relèvement et construire un consensus régional autour de ces dites priorités, une vision claire du gouvernement articuléeautour de quatre grandes orientations est le point de départ essentiel qui devrait nous guider et nous permettre de formulerune stratégie de relèvement du Grand Sud.

ORIENTATION 1

D’abord, il faut s’assurer que la vision soit développée au plus haut niveau du gouvernement et partagée à travers la construction d’un consensus entre les diverses parties prenantes tout en répondant au mieux aux attentes des communautés touchées. Disposer d’une stratégie de marketing territorial en cohérence avec les particularités du Grand Sud, ce, pour mieux attirer les investisseurs et convaincre ceux qui ont fait le choix de vivre dans ce territoire et d’y rester est ainsi fondamental si on veut d’une part communiquer cette vision du relèvement, et de l’autre, solliciter des commentaires par rapport à celle-ci. Mais surtout, ceci est fondamental si on veut que les différents acteurs se sentent engagés par cette dynamique.
C’est une aussi stratégie qui doit être portée plus largement par la société civile dans son ensemble. En effet, depuis 1986 les exigences de participation de la société civile et l’émergence du fait régional au parlement ont conduit à une mobilisation sans précédent des élites locales dans une démarche collaborative d’alliances régionales qui dépassent souvent le cadre strict des partis politiques. Aussi, cette stratégie doit être incarnée et portée par les élus, les acteurs économiques locaux et les citoyens en général dans le cadre d’une gouvernance transparente et partagée s’appuyant sur les nouvelles cultures de réseau liées à l’Internet. L’émergence de ce fait régional doit être appuyée par une révolution éducative (éducation à la citoyenneté, éducation environnementale, éducation technologique) et un renforcement de la croyance dans les potentialités de la culture haïtienne; seuls moyens pour affronter les défis de l’ouverture sur la Caraïbe et résister aux sirènes du populisme.

ORIENTATION 2

Ensuite, il faut assurer la cohérence de cette vision de relèvement avec des objectifs de développement durable plus larges et à plus long terme mais surtout couplés avec les stratégies de croissance et de réduction de la pauvreté clairement définies dans le PSDH (Programme Stratégique de Développement à long terme d’Haïti). La vision doit donc assurer une continuité des stratégies entre la planification du développement avant catastrophe, et les nouveaux besoins provoqués par la catastrophe, tout en comblant les manques préexistants.

2 Stratégie de Relèvement: Le Grand Sud invente son avenir

Dans cet esprit, et de par sa position péninsulaire (la région est insérée au coeur du Bassin Caribéen au centre d’un arc de six espaces dynamiques : les Bahamas, La Floride, la Colombie, le Panama, la Jamaïque, et Cuba), il faut mobiliser les atouts du Grand Sud et valoriser ses ressources spécifiques pour les mettre au service d’un repositionnement économique qui saisit les opportunités de la Caraïbe de demain. Ce potentiel doit être mis en oeuvre dans un programme de développement rationnel d’activités économiques multiformes (agriculture et protection de l’environnement, pêche et aquaculture, industries de transformations, énergies renouvelables, services essentiels, tourisme). Associées à ces atouts et potentiels, des valeurs, comme le sens de l’engagement et du collectif face à des catastrophes récurrentes, l’esprit d’ouverture et le sens de l’accueil de sa population, l’imaginaire spécifique de ces poètes facilement convertible en propension à l’innovation, font de cette région une terre singulière capable de répondre aux défis de la globalisation car ce territoire est un Diamant à l’Etat Pur.
Il est donc impératif pour cette région de contrecarrer la centralité de Port-au-Prince et de ne pas regarder à l’Est vers la capitale mais de changer de focus en pariant sur les atouts de sa large façade maritime dans le cadre d’un développement équilibré de ses littoraux en cohérence avec des stratégies de filières liées à ses systèmes productifs locaux. Dans ce contexte, l’accessibilité et les moyens de la connexion à la Caraïbe via des infrastructures performantes de communications (Télecoms, Internet) et de transport (routes, ports, aéroports) constituent clairement des conditions-clés de réussite.

ORIENTATION 3

En plus, il faut intégrer résilience, économie verte et approche BBB (Build Back Better) dans la vision car un relèvement résilient exige avant tout de prêter une attention particulière à sept problématiques: l’approche ‘’reconstruire en mieux’’ (BBB), les questions de genre, l’équité, la réduction de la vulnérabilité, la conservation des ressources naturelles, la protection de l’environnement et l’adaptation au changement climatique. La stratégie doit donc s’appuyer sur la conviction qu’un rebond

3 Stratégie de Relèvement: Le Grand Sud invente son avenir
collectif est plus que jamais nécessaire et que nous devons avoir le courage defaire le choixde larupture et encourager l’émergence de nouveaux modèles économiques qui s’inspirent des écosystèmes pour produire dans ces milieuxsans les détruire, ce qui peut être paradoxal.
Cependant, trois défis particuliers doivent être levés si nous voulons faire du Grand Sud une région résiliente.
D’abord, la reconstruction avec ses contraintes et ses normes (anti-sismique, anti-cyclonique…) va, qu’on le veuille ou non, changer les incitations économiques des firmes intéressées à investir dans la région. Dans l’approche « Reconstruire en mieux » (BBB – Build Back Better) qui vise à réduire la vulnérabilité et à améliorer les conditions de vie, tout en favorisant une reconstruction plus efficace, on met en relief l’importance d’améliorer la résilience des communautés suite à une catastrophe et on identifie ce qui doit être considéré comme relèvement réussi. Cela signifie au minimum des normes et règles claires facilement implémentables, mais aussi, un engagement politique pour la mise en oeuvre adéquate et pour l’amélioration de la résilience des infrastructures critiques. Dès lors, il faut donc construire pour la région un nouveau cadre incitatif et un nouvel environnement légal et institutionnel pour attirer les entreprises et créer de nouveaux emplois.
Ensuite, les régions affectées étaient déjà des régions déprimées où la majorité des gens vivait à la limite de la survie. Il faut donc transformer la catastrophe en opportunité pour construire un nouveau modèle de développement avec une croissance forte et soutenue. Le relèvement après Matthew doit ainsi être l’occasion de remplacer les anciennes infrastructures et mettre à niveau les systèmes de services avec des améliorations résilientes et abordables. Il faut donc en priorité planifier la reconstruction pour d’une part répondre aux besoins des individus et des groupes socio-économiques vulnérables et de l’autre pour construire une société plus équitable. Les pauvres seront plus vulnérables face aux risques et à leurs impacts futurs si ces besoins sont ignorés. Ce programme de relèvement post catastrophe va ainsi englober la fourniture directe de moyens de subsistance, les opportunités de créations de revenus, l’amélioration de l’accès au financement et au micro-crédit et la formation de nouvelles compétences. Le gouvernement devra subventionner aussi ou faciliter la reconstruction des biens privés, tel que par exemple logement, systèmes agricoles et entreprises locales. Toutefois, le gouvernement ne devrait pas se substituer à l’assurance privée pour payer tous les coûts du relèvement.
Enfin, ce qui devrait être fondamental : l’intégration de la résilience dans cette réflexion doit se prolonger avec une volonté clairement affirmée de réconcilier durablement l’écologie et l’économie pour aller vers une économie verte et bleue. Verte, car face au changement climatique et à la récurrence des cyclones, il nous faut mettre au coeur de nos actions la préservation de l’environnement. Bleue, car il faut particulièrement ici mettre l’accent sur la gestion durable des ressources marines et côtières de la Péninsule.

ORIENTATION 4

Enfin, ce relèvement doit aller bien au delà des capacités déjà faibles des services déconcentrés de l’état et des municipalités en apportant des réponses à des questions fondamentales comme: Comment reconstruire l’Etat quand les activités à décentraliser ou à déconcentrer n’existent pratiquement pas au Centre ? Qui va supporter les coûts de la reconstruction (le gouvernement, les ONGs, ou la communauté financière internationale)? Comment concilier efficacité et équité dans le relèvement ? Comment évacuer les risques de capture de l’aide par les élites locales ou les firmes des pays donateurs? En clair, ce projet de relèvement dans le Grand Sud doit être l’occasion de refonder

Frantz Verella

Facebook Comments

About Author

Les Cayes

Les Cayes

Related Articles